Un stormtrooper écolo en promenade à Paris

Un petit tour dans Paris, déguisé en stormtrooper lors de la GreenPride de 2011. Je me suis bien amusé en tout cas. ^^

C’était la première fois que ce carnaval écolo avait lieu à Paris. Au delà du succès en demi-teinte, saluons l’initiative. Et remercions Eva Ferrero pour ces photos que lesquels elle apparait ainsi qu’Anouck et Benjamin, deux collègues de GoodPlanet. Comme quoi, militer (c’est un bien grand mots certes) et se déguiser peuvent se révéler compatible.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour la petite histoire, la pancarte « THERE IS NO PLANET B » provient de Copenhague. Ironique de voir un soldat d’un empire galactique qui détruit les planètes se promener avec un tel panneau. En tout le message associé à cette figure familière de la pop culture marche bien et interpelle les passants. Sans doute que l’association du méchant, de surcroît froid, d’un blanc immaculé et déshumanisé avec la menace écolo fonctionne. Et puis patrouiller à Paris en Stormtrooper reste plus classe et impresionnant que les habituels policiers ou soldats du plan Vigipirate.
L’un des livres généralistes (de références) de solutions sur la crise écologique se titre Le Plan B de Lester Brown.

Extra-LIFE

Les personnages de Star Wars sont apparus dans des pubs de Volkswagen, le manufacturier automobile. Lors de sa dernière campagne, durant l’été 2011, en faveur de la réduction des rejets de CO2 (dioxyde de carbone, le principal gaz à effet de serre d’origine humaine), Greenpeace a détourné ces pubs et les personnages de Star Wars dont l’emblématique Stormtrooper. Il a le droit à 3 vidéos tout de même.

L’invasion de Londres

Un stormtrooper errant

La rédemption

Publicités

À propos de jyelka

Rédacteur journaliste à GooodPlanet.info, également geek/gamer et amateur de virées en vélo.

Publié le 16 décembre 2011, dans Culture Internet, et tagué , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Commentaires fermés sur Un stormtrooper écolo en promenade à Paris.

Les commentaires sont fermés.