Une motion pour interdire les fermes de bile d’ours

Une ferme de bile d’ours en Birmanie CC BY Soggydang – Dan bennett

L’extraction de la bile d’ours dans des élevages est une pratique cruelle, souvent dénoncée par les ONG et les défenseurs des animaux. La bile sert dans la médecine traditionnelle. Des mesures d’interdiction de ces pratique seront discutées lors de la réunion de l’IUCN qui débutera demain en Corée du Sud.  En finir avec les fermes de bile d’ours 

Les fermes d’ours d’Asie menacent les ours sauvages

L’ONG TRAFFIC (http://www.traffic.org/home/2012/8/24/bear-bile-farming-poses-ongoing-threat-to-wild-bear-conserva.html )  affirme que les élevages d’ours effectué en Asie (au Laos, en Birmanie et au Vietnam) n’ont pas empêché l’augmentation des prélèvements d’ours sauvage bien au contraire. Ils sont capturés afin d’extraire la bile, celle-ci sert de médicaments dans la médecine traditionnelle. L’élevage d’ours pour récupérer cette précieuse matière est récent, il date des années 1970. Alors que l’ONG appelle à discuter lors de la prochaine réunion de l’IUCN (Union Internationale pour la conservation, cette ONG édite notamment la Liste Rouge des espèces menacées) d’une interdiction de ces pratiques et que le commerce de la bile  d’ours est prohibé par la convention CITES. Le prochain sommet de l’IUCN se tiendra du 6 au 15 septembre 2012 en Corée du Sud. La motion Disparition progressive des fermes d’élevage d’ours pour l’extraction de leur bile (http://portals.iucn.org/docs/2012congress/motions/fr/M-027-2012-FR.pdf)  qui sera proposé lors de ce sommet met l’accent sur le fait que ces fermes encouragent le développement de nouveaux produits à base de bile d’ours qui vont au-delà de la seule médecine. Elle s’appuie sur le constat suivant : « RECONNAISSANT que, depuis les années 1980, un grand nombre de ces deux espèces, notamment les ours noirs asiatiques, ont été mises en captivité pour l’extraction et la vente commerciale de leur bile (d’où l’appellation d’élevage, même si la reproduction en captivité n’est pas toujours incluse), ce qui a fortement augmenté la disponibilité de la bile pour la médecine traditionnelle » et «  OBSERVANT, preuves à l’appui, que l’augmentation de l’offre de bile d’ours d’élevage n’a pas atténué l’exploitation des populations d’ours à l’état sauvage. »

Extraire la bile

Chris Shepherd, directeur de TRAFFIC pour l’Asie du sud-est affirme que « ces installations sont à l’origine d’un produit qui entre sur le marché noir et sont une des causes principales du braconnage des ours sauvages. De telles installations n’ont pas démontré un quelconque impact positif dans la préservation des ours sauvages. » Il explique que ces fermes ne visent pas à maintenir l’animal en vie : «  des ours sont capturé dans la nature pour remplacer ceux qui meurent dans les fermes. Les conditions de vie sont brutales et il n’est pas rare que les ours meurent de maltraitance. Les remplacer par de nouveaux purs sauvages reste bon marché et dans des pays avec peu de contrôle, cela est presque sans risque pour les braconniers. »

Une triple menace pour les ours

« Ces fermes qui n’en sont pas réellement posent 3 menaces pour les ours sauvages restants  Les ours n’y sont pas élevés ni nourris, juste exploités. Si ces fermes sont autorisées ou tolérées par les autorités, ces dernières envoient aux consommateurs un message confus aux consommateurs en leur faisant croire que c’est bon et donc cela augmente la demande. Surtout que la plupart de ces produits sont vendus sous l’apparence trompeuse de produits issus d’élevages », détaille le responsable de TRAFFIC.

Interdire les fermes

Loin d’être pessimiste, Chris estime possible de mettre fin à ces élevages si « les consommateurs prennent des décisions responsables en refusant de recourir aux produits issu de la bile d’ours. Il existe 50 herbes médicinales alternatives. Les gouvernements ont aussi un rôle à jouer en admettant que ces élevages sont associés à des activités illégales et qu’ils parviennent de façon clandestine un marché international. Les autorités doivent donc enquêter sur ces fermes et ce commerce et traduire devant la justice ceux qui sont mêlés à ce trafic ».

Un élevage de bile

Une vidéo en chinois qui montre de quelle manière la bile est extraite.

BONUS-STAGE

Un lien vers un beat’em all en flash dans lequel on joue un ours polaire en furie. Je m’engagerai pas encore su sa qualité vu que je n’y ai pas encore joué.
http://games.adultswim.com/polar-bear-payback-action-online-game.html

Publicités

À propos de jyelka

Rédacteur journaliste à GooodPlanet.info, également geek/gamer et amateur de virées en vélo.

Publié le 5 septembre 2012, dans Blabla de tout et de rien, et tagué , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Commentaires fermés sur Une motion pour interdire les fermes de bile d’ours.

Les commentaires sont fermés.