Les traces de merde sur la banquise visibles depuis l’espace trahissent les colonies de manchots en Antarctique

Un mmanchot, source BAS - http://ow.ly/i/3TMfy/original

Un manchot, source BAS – http://ow.ly/i/3TMfy/original

Mon interview favorite de l’année écoulée pour le livre Espace>Terre a été réalisée par email et concerne un  chercheur qui grâce aux images satellites détecte les colonies de manchots grâce aux traces de leur caca sur la banquise. En voici la version complète. Celle du livre ayant dû être raccourcie. Du caca et des manchots à foison pour ce post, la banquise n’est pas toujours aussi pure et blanche qu’on imagine. Et les manchots sont plus nombreux que ce que les chercheurs pensaient.

Grâce aux traces de déjections sur la banquise, Peter T. Fretwell, spécialiste des manchots empereurs pour le British Antarctica Survey, a pu étudier les colonies de manchots empereurs à l’aide d’images satellitaires.

Comment avez-vous eu l’idée de chercher les colonies de manchots grâce aux images satellitaires ?

Cette découverte est le résultat d’un accident tandis que je réalisais une carte de la région autour de la station de recherché près d’Halley Bay. Je tentais de localiser précisément les manchots afin d’éviter que le pilote n’ait à effecteur trop de vols au-dessus de leurs aires de reproduction. Les informations que nous avions sur les colonies étaient alros très vagues. J’ai alors remarqué sur les images Landsat (satellite de la NASA) des traces marron sur la glace. Or, la glace de mer devrait être d’un blanc pur, mais comme les manchots empereurs y restent 8 mois de l’année à élever leurs petits, leur guano tâche la glace alentour. J’ai alors contacté la base afin d’avoir de meilleurs informations sur l’emplacement des colonies de manchots et ils revenaient juste d’une visite aux manchots pour se détendre. Les coordonnées GPS qu’ils m’ont fourni coïncidaient parfaitement avec les traces marron. C’est alors que je me suis mis en tête de trouver ainsi les autres colonies grâce aux trainées marron.

Baie d'Haley - image BAS Les traves foncées sont du guano de manchots

Baie d’Haley – image BAS
Les traves foncées sont du guano de manchots

Ensuite ?

Nous avons trouvé des marques marrons là où nous ignorions que des manchots vivaient. Nous avons conduis une première étude avec des images d’une précision de 28 mètres qui nous a permis de trouver la plupart des colonies déjà recensées et 10 nouvelles. Après cette première étude publiée en 2009, nous avons repris avec des images haute précision, 0,5 mètre qui ont confirmé avec précision l’emplacement des colonies découvertes précédemment ou suspectées ainsi que mis en lumière la présence de 16 emplacements de 16 nouveaux sites de reproduction. Les images plus précises permettent de distinguer les manchots du guano.

Image de la NASA qui montre aussi les coloneis de manchots

Image de la NASA qui montre aussi les coloneis de manchots

Qu’est-ce que ces études ont permis de savoir sur les manchots empereurs ?

Elles ont permis de réévaluer le nombre de sites de reproduction qui est passé de 26 à 49. Et surtout de fournir une meilleure estimation de la population de manchots empereurs à 595 000 contre 270 000 à 350 000 auparavant. Ces images ont permis d’accroître notre connaissance sur cet animal dont nous avions sous-estimé la population et sa répartition géographique. Nous sommes passés d’un oiseau qui vit sur certains littoraux Antarctique à un oiseau qui se reproduit le long de toutes les côtes du continent.

A quoi cela sert-il d’observer depuis l’espace les manchots empereurs ?

Le changement climatique est la principale menace pour les manchots. Nous estimons que la population de manchots devrait être réduite de moitié durant les 60 prochaines années en raison de la diminution des glaces. Nous mettons au point un programme pour compter l’entière population de manchots empereurs par satellite tous les ans et vérifier si cette baisse attendue de la population s’observera. Il est relativement facile de les estimer depuis l’espace, cela donnera une incitation, comme un baromètre, pour nous informer sur d’autres espèces plus difficiles à étudier et sur l’écosystème d’une des régions les plus difficiles d’accès au monde.

Pour aller plus loin sur le sujet
Le site du BAS sur cette étude, d’où j’ai tiré l’image satellitaire.

NASA Earth Observatory d’où j’ai pris la seconde image de l’espace

L’Interview publiée ci-dessus mais dans version du livre Espace>Terre

Les minutes du Geek

parodius-MSX

Il y aurait beaucoup à dire sur les jeux avec les manchots. Surtout Parodius de Konami. Je vous renvoie sur grospixel où un topic du forum liste quelques jeux absurdes avec ces charmants créatures. –> http://www.grospixels.com/phpBB/viewtopic.php?topic=14593&forum=6&start=0

Et un interlude musicale avec les flying pinguins du NES blog


Souvenez-vous du yetisport

Le yeti sport, cliquez pour y rejouer --> http://yetisports.org/

Le yeti sport, cliquez pour y rejouer –> http://yetisports.org/

Publicités

À propos de jyelka

Rédacteur journaliste à GooodPlanet.info, également geek/gamer et amateur de virées en vélo.

Publié le 4 décembre 2013, dans Blabla de tout et de rien, Culture Internet, Jeux vidéo, Livres, et tagué , . Bookmarquez ce permalien. Commentaires fermés sur Les traces de merde sur la banquise visibles depuis l’espace trahissent les colonies de manchots en Antarctique.

Les commentaires sont fermés.