Archives Mensuelles: janvier 2015

Le bilan du 6e Congrès Mondial des Parcs

A quoi servent les aires protégées, c’est ce que l’UICN explique au travers de cet entretien.

6e congres mondial des parcs


Éléphants dans le parc de Meru, Kenya (0°05’ N – 38°12’ E). © Yann Arthus-Bertrand/Altitude

En novembre, plus de 6000 personnes (professionnels des parcs, ONG, représentants des états…) venues de 170 pays se sont réunies en Australie pour le 6e Congrès Mondial des Parcs organisé par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN). Le précédent avait eu lieu en 2003, l’occasion pour nous de tirer le bilan de ce qui se fait en matière d’espaces protégés dans le monde avec le directeur du comité français de l’UICN Sébastien Moncorps.

Le directeur du comité français de l'UICN Sébastien Moncorps

Le directeur du comité français de l’UICN Sébastien Moncorps

Quel bilan tirez-vous de ce dernier Congrès des Parcs de l’UICN ?

Le bilan est très positif pour ce 6e Congrès des Parcs. Les derniers chiffres indiquent que 15,4 % de la surface terrestre est protégée et que 3,4 % des océans le sont. Nous sommes en bonne voie pour atteindre en 2020 l’objectif 11 d’Aichi fixé par la Convention sur la Diversité Biologique. Son ambition est de protéger 17 % des surfaces terrestres et 10 % des surfaces maritimes. Aujourd’hui, les espaces protégés sont en pleine croissance et revêtent de nombreuses formes. Elles vont du parc national, à la réserve naturelle en passant par des sites et paysages protégés par des conventions de gestion ou encore des acquisitions foncières qui permettent de soustraire des espaces naturels à la pression urbaine et immobilière. L’objectif principal du congrès était de montrer tous les avantages apportés par les aires protégées et de renforcer la mobilisation internationale.

Où en est la France ?

La France protège déjà 20 % de son territoire terrestre et 16 % de son espace maritime. Avec le parc naturel de la mer de Corail en Nouvelle-Calédonie, la France dispose de la plus grande aire protégée au monde. Elle couvre 1,3 million de km2. C’est une décision importante qui doit être prochainement confortée par l’élaboration d’un plan de gestion. Notre pays a pour objectif de renforcer la protection forte de son territoire terrestre (2% en 2019) et d’atteindre 20% de protection de son espace maritime en 2020.

Lire la suite